Tous le personnel de la Défense sera invité à se faire vacciner selon les directives de la stratégie nationale civile de vaccination. Chaque membre du personnel  recevra une invitation à être vacciné via l’administration locale et sera vacciné dans un centre de vaccination civil.

La Défense a exceptionnellement reçu l' autorisation de vacciner 1800 personnes en dehors de cette campagne civile dès lors qu’elles sont prévues pour un engagement en opération. La campagne de vaccination pour ces 1800 militaires a commencé, elle se déroule au maximum à l’hôpital militaire Reine Astrid et le Personnel concerné reçoit une invitation. La vaccination est une condition nécessaire pour obtenir la bonne catégorie opérationnelle médicale.

Un certain nombre de militaires sont déjà déployés en opération. ACOS Ops&Trg étudie, en coopération avec la Composante Médicale, comment vacciner ces militaires. Ceci se fait sur base de critères tels que les moyens médicaux disponibles sur place, le temps restant dans la zone de déploiement et les restrictions éventuelles pour l’organisation pratique de la vaccination.

La Défense assurera la deuxième vaccination pour tout le personnel qui a reçu la première au sein de l'organisation.

La département est confrontée à une double responsabilité vis-à-vis de ses détachements en opérations, protéger la mission et protéger chaque individu. L’arme la plus efficace pour atteindre ces deux objectifs est la vaccination. Ce n’est néanmoins pas l’arme absolue car, si le vaccin protège bien de la maladie et de ses complications, il n'est pas prouvé avec certitude que les personnes vaccinées ne peuvent plus transmettre la maladie. C’est la raison pour laquelle, même après vaccination, toutes les autres mesures de prévention restent d’application afin de protéger les non vaccinés. C'est le pourquoi, la quarantaine préalable à une opération ainsi qu’une évacuation stratégique des personnes testées positives dans le théâtre restent d’application jusqu’à nouvel ordre.  

Le besoin opérationnel dépassera probablement le nombre de vaccins livrés. La Défense n’a pas de vue sur l’évolution de la campagne civile de vaccination qui devra compléter ses besoins opérationnels.