Comme beaucoup d'entre vous, ces derniers jours, nous avons suivi avec beaucoup d'attention, d’étonnement et une certaine inquiétude les développements en Afghanistan. La prise de contrôle du pouvoir par les Talibans est allée beaucoup plus vite qu’anticipée et les images chaotiques de l'aéroport nous ont toutes et tous choqués. Ce n'est pas du tout le résultat escompté de nos nombreuses années d'engagement sur place… Nous compatissons avec la grande majorité des Afghans qui craignent désormais un retour en arrière, et surtout avec ceux qui craignent pour leur vie ou leur bien-être physique et mental.

Le week-end dernier, la Défense a immédiatement entamé les préparatifs d'une opération d'évacuation de compatriotes et d'Afghans ayant soutenu nos détachements sur place. La responsabilité d’une telle opération est du ressort des Affaires Étrangères, mais la Défense met tous les moyens possibles en appui afin de la mener à bien. Le chaos et l'incertitude sur place, ainsi que la coordination nécessaire avec nos alliés et les différents départements n’ont certainement pas simplifié le processus de planification. Une approche structurée était et est nécessaire pour éviter les risques inutiles. Heureusement, nous pouvons faire appel à notre expertise dans le domaine NEO.

Au cours des derniers jours, nous avons reçu des signaux selon lesquels plusieurs vétérans belges d’Afghanistan s'interrogent sérieusement sur l'utilité de leur engagement, maintenant qu’il est probable que certaines réalisations seront réduites à leur plus simple expression. Certains parmi vous ressentent de l'anxiété, de l'impuissance, de la frustration, du découragement et même de la colère : « Est-ce que tout cela avait du sens ? ». Nous comprenons parfaitement ces sentiments. Pourtant nous sommes convaincus que vous avez fait la différence : au cours des 20 dernières années, l’Afghanistan a cessé de représenter une menace terroriste et le pays était plus sûr qu’auparavant. Les conditions de vie de la population locale se sont nettement améliorées. Vous pouvez dès lors regarder avec fierté le résultat de vos efforts, quel que soit l'avenir du pays.

Nous recommandons fortement à quiconque qui en ressent le besoin, de parler de ses(res)sentiments avec ses supérieurs et ses collègues. Les membres du personnel peuvent également faire appel aux membres de la plateforme d'assistance Psychosociale, Morale et Religieuse (PSMR) de la DG H&WB : les conseillers moraux et aumôniers du SARM, les conseillers en prévention du SIPPT, les assistants sociaux de l’OCASC et, si nécessaire, les psychologues du Centre de Santé Mentale. Chacun d'entre eux est à votre disposition pour vous aider à trouver une réponse constructive à vos questions existentielles et philosophiques et vous offrir une oreille attentive dans le traitement de vos émotions.

Chers collaborateurs et collaboratrices, la Défense a, ces dernières décennies, mené à bien toutes les missions confiées par le Gouvernement en Afghanistan. Il n'y a aucune raison d’avoir honte. Nous vous assurons que nous ferons tout notre possible afin de minimiser l'impact humanitaire négatif des récents développements et nous souhaitons plein succès à ceux qui procéderont à l'évacuation.

MOD et CHOD