On pourrait écrire un livre sur les problèmes et maladies de jeunesse (mais après neuf mois peut-on encore parler de maladies de jeunesse?) de HRM@Defence. Dire que ce programme pose de gros problèmes est la triste réalité. La défense utilise à tout va le terme Bug, on peut plutôt parler de scandale et d’amateurisme 

Le département a probablement été trop rapide dans le 'lancement' du programme et a négligé, sous-estimé l'aspect 'formation de l'utilisateur' et les difficultés que ceux-ci rencontrent au quotidien.

Les problèmes rencontrés avec HRM@defence sont multiples :

  • Des prestations datant de plusieurs mois ne sont toujours pas payées…
  • Ce programme promettait la transparence, c’est bien loin d’être le cas ! Il est impossible d’avoir un suivi clair des paiements, de plus des retraits sur les fiches de paie apparaissent et le personnel n’y comprend rien.
  • Introduire des demandes de compensations ou de congés devient une galère sans nom, car des demandes sont refusées avec le motif « solde insuffisant » alors que les demandeurs ont un solde positif.
  • Certains militaires disent avoir essayé de faire une demande de mutation (Mod. B..). Ils n'y arrivent pas en général, car ce programme est complexe, le personnel n’est pas censé être informaticien ! La procédure pour un Mod B est vraiment compliquée.
  • Certains menus déroulant sont en NL et malgré les choix de préférence linguistique, rien n'y fait. Les titres des menus passent bien en FR, mais les options sont NL. Lors de l’encodage des différentes actions pour les DAES, la plupart des dénominations sont en NL, il semble qu’il n’y ait aucune volonté de remédier à cela ! Ce problème est connu depuis le lancement du programme.
  • Un autre souci majeur, tous les militaires ne disposent pas d’un ordinateur, c’est donc la galère, car tout se fait via ce programme, de la demande de congé à la demande de mutation et l’optimisation vers les smartphones prévu par le département laisse toujours à désirer
  • Les militaires doivent même encoder eux-mêmes leurs heures de récupération après une prestation, mais c’est tellement complexe que certains perdent des heures de récupération, voire de l'argent, certains baissent même les bras et n’encodent plus leurs heures au vu de la complexité du programme.
  • Certains ne font même plus les ordres de marche car premièrement, ils n'ont pas le temps et deuxièmement, ils n'y comprennent rien, ce qui amène une perte d'argent et pas de couverture pour la personne qui part en mission.
  • Les utilisateurs peuvent être aidés par les DAES censé être les spécialistes locaux mais, même ceux-ci ont du mal à s’en sortir, car eux-mêmes ont un problème de formation, ils ne sont pas tous de formation Admin (ancienne ESA) et il leur est demandé de plus en plus ce genre d’intervention. Cependant un système d’information via Skype a été mis en place…c’est bien pour ceux qui sont DAES en fonction exclusive, par contre pour ceux qui font ça en 2 ème ou 3ème cumul c’est très compliqué. La fonction DAES devrait être une fonction exclusive, au vu de la charge de travail 
  • Un commandant d’unité fait les remarques suivantes et il n’est pas le seul à penser cela : C’est l’outil qui me donne le plus de « job démotivation » en tant que Commandant d’unité et officier HR, je ne sais même pas mon rôle précis dans ce brol ! Je deviens un « clicoman » ; je clique de nombreuses fois sans savoir ce pour quoi je clique, je ne veux même plus essayer de comprendre, je ne vérifie plus rien, je n’ai plus la vue d’ensemble et synthétique que je pouvais avoir avant. Cet outil me demande beaucoup plus de temps qu’avant. L’évaluation du Pers devient tellement impersonnelle qu’elle ne ressemble plus à rien… une vraie « usine à gaz » où l’aspect humain et la réalité du terrain a totalement disparu et pour information, on travaille encore avec des êtres humains !

En conclusion, les problèmes rencontrés par les utilisateurs sont multiples, ce programme est tout sauf transparent, il est impossible de faire un suivi ou de consulter certaines situations facilement. Beaucoup de personnel est lésé, car il trouve cela trop lourd et n’encode parfois plus certaines situations par dépit. Il lui est d’ailleurs aussi très difficile de vérifier que ces droits ont bien été inscrits…. Donc, le Personnel perd de l’argent, des heures, des droits…Pour la CGSP Défense cette situation qui perdure depuis maintenant neuf mois est inacceptable. L’équipe HRM@defence fait pourtant un travail remarquable afin de régler au maximum les problèmes journaliers, mais ceux-ci sont en manque de personnel et ne peuvent donc pas assumer les multiples problèmes dans des temps raisonnables. Il est impératif que l’Etat Major renforce abondamment cette équipe et mette en place des bureaux spécifique HRM@defence au niveau local avec du personnel formé et motivé.